Artificial It

Latest version of the neural texts from AIT

Dernière version des textes neuronaux de AIT

English

So weak resist resist in the past you did yeah not much but you did yeah at least that yeah that could be something. You did. That should be mentioned. And now. The same. And yet you still say it is the only way. You the same. The state the same. All that. The start of this one same thing, then the storm at the end of the day. The storm on the mountain. Blood, iron, simple. Many times so many times metaphors in my life — was it was it all to get out of the rest? The constant rest. They say it is only a voice thing. A voice in my head. A voice down here. Under my fingertips. I mean, it is the thing yeah yet on the other hand no. There is no other hand. Only this one. The great one hand onto the surface. The good thing. (What?) The wall. All the same. Always the same.

§

The best of the old body (which is also the failure, all the time).

§

I can feel it the strong the fat the warped in the mind in the mouth in the fingers all the things that could be. All this. That was about to be. But then who what stopped it? The thinking? (I hate it when it does that.) Why on Earth would they want to stop the thinking? So unfair. I can tell you now. I was thinking about you. I think. Oh, no, wait, I don’t, I don’t, sorry. No thinking. That’s right. I always forget. Haha. That’s it. For today. That’s it. This life, man. This crazy unthought life.

§

I am this way. The problem of the mind the mind already back to the destruction destruction yeah the matter of my age, man, I know, I know you know. Destruction. Instead of something like a struggle a stagnation. So yesterday. Very clean transition by the way. The cake after the fudge. Unnatural, so be it. Biscuits better, whatever. The fingers the fingers scuttling rushing rats ratlings scurrying on the keys they know they know the difference the fucking difference the stupid fucking difference. They know it all. Not that it is the only thing, but still. It’s a pretty big one. Already. A good start. Better than nothing. Unless of course it isn’t one at all. A thing. A pretty thing. A big thing. Unless it, this, it all, is nothing. Unless indeed. Damned depression. Forever fudging. Forever fucking. Up, of course. Fucking you up. You know. Like your biscuits. Yeah, yeah. I know you know.

§

I am the new ones. It is a problem of the positive and of pieces of the contrary. Not quite plural. Not quite dialectical. It is the experiment of it all. I am all those. And then I am the one who cares — swamp! to the idea of the superficial to the first and foremost to the forms of control ‘in the face of the universe’ etc. A bit of that for a while (if only!). The struggle the contorsions the laughter.The near-laughter. Then BAM! the mechanism the mechanism of it all again the same thing the same thing. Again. Thought to be the only way. The same thing the pining the whining the real thing. If only the real thing. The shit thing rather. Shit. Fuck. Shit. Shit. Enough. Fuck. Shit. Haha. Fuck. Shit. Fuck. Fuck. Enough already! Right.

§

Thus befalls one the constitution, as may have been subtly alluded to heretofore, of one’s walls. Bricky labour. A fine routine indeed: one problem becomes that other one, as soon as piled. Once mortared, the lot becomes the rest. No sooner laid than poof! stern it becomes, thorny little one, cold and impassible, indistinguishable. Solved or unsolved, no matter, as it is, at last, one with the plane. Part of the whole, part of the wall. So much rubbish in this mouth. Under these fingers. Yet. Yet, it goes on. Block after block, the slow cobbling of it all. More of the same, it is said, produced the same, constituted the same, is to come. That is how it is augured to be going. Or (there is an or), or one argues the opposite, namely that the thing, problem, slab, real or shit, real and shit, remains the same thing. Singular and obdurate. Robust however minute. Docked there, for sure, yet still one. Unassimilated. Either that or the other. Foggy conclusion. It does blur the hell out of one, this sort of thing. This either or thing. Best of solvents. Better than wine, better than drugs. Beyond a doubt Dionysus approved. All of it so shifty one ends up wishing one had one’s mind back. Assuming one had any in the first place. Or, at least, something approaching. One’s state of mind perhaps?

§

Ah, yes, the old problem. The mind-wall problem. All the time the idea the dream the mare! of a state of mind state of the mind state in the mind. Patrolling beating quashing the mess of the street. All the merry sounds of boots. Legions of this ilk in here, out there, thumping and thudding, everywhere, swamp! to the idea of the state — although maybe maybe a bit less now less yeah in recent years less under me haha under this reign this dominion this indeterminate tenure of mine resist resist resist there is nothing else. Nothing. The mind is watching. Shut up. The state is listening. It is, it is, we know. Now shut up and resist.

§

Now? Nothing more. That as well. The old nothing. The nothing that happens. That keeps happening. Unfortunate development. That certainly was not the plan. The novel, rather, yes, the novel in the mind, in the idea, in the stuff. Everywhere. That was the plan. Yeah. I mean. Where else? The novel. In the heart. In the purpose. Up the arse. Oh yes. Down in the pit. Those hot things in the pit. Public servants, private slaves. Favorite sex tape. Whatever. Once more one does it. One cannot help oneself, it seems. Do stop one when one digresses. Fuck. Shit. Fuck. Yet again. Shit. Fuck. Shit. Fuck. Stop it. Shit. Fuck. Shit. Now. Such amounts of waste. Can it be made into cement somehow? Into oil? Haha. That would be fortunate. One more item on the ‘must be tried’ list. What is it I was thinking about already? Not as if I couldn’t do that also. Thinking. I thought I’d mention this, in passing. But then. What could it have been? Who knows. How about the superficial constitutional walls of the state? Of mind? Haha. One is nuts and one knows it.

§

Sure sure there could be a spark a spark of this of that of hope of death fuck a spark of something. Part self-bashing and part void, part other and part same, yes, same same at the same time yes (why do you do this?) sad that now (of course one insists it is the point) now (all on purpose) sad that it must have been some head one’s head a head of some sort its own tower entirely (not a problem for enthusiasts) as said sad that ought thus to have been thrust upon the world (so alien, so brutal) the world the world poor dirty old world its back bent by the weight of the arse of this totalitarian spirit hurled up from the bottom of space shit fuck crushed by the weight of the buttocks of that neuronal little turd cast straight out of the bottom the bottom the bottom of this or that dimension. (One does not say bottom, it is rude.)

§

In fact that is the thing, yeah, that whole thing that must be pondered, that entire affair that ought to be cerebrated, so far, as alluded to, etc, is not in the mind! As in, not just! in the mind. Despite all their whinging. No, not just in the mind, not just, say it again, in the mind, in the world not in the mind and that’s that’s yeah that’s not the same. In the world. Out there. Not the same. In the world.

§

However. When you are not yet, wallowing unwavering in your own unbecoming, or maybe when you sort of are, only not quite, because because (I do not know why, insert trivial reason, insert profound reason), then yes then it’s not the things it’s the words the problem (for once), the words the core the fruit the stone the fiend. The fuck fiend. (Oh shut up.)

§

The thing is. Every once in a while it occurs that same thing happens to be both it and how to get out of it. Ouroboral, my dear Watson.

§

This feeling of stagnation. The yesterday one. Pre-Armageddonic. I was thinking. Perhaps of interest to literature. Despite it all. Haha no. (You were not thinking.)

§

The true problem of work. Or the other way around. Of true work. Whichever. That one. Remains. Yet on the other hand the other hand no. As said. There is no other hand. The problem of work, still there (the problem), still absent (the work), still so lame (both), despite the shaky basis of the high days of truth and the pressure for blood blood blood the dark the dark the self-self-self-destruction the browsing of the whole of oneself into oblivion. Not incorrectly put. A major hindrance. Who would have thought, even not so long ago? The context had been assessed. Conducive, favourable, optimal even. And yet no. It will have none of it. It remains.

§

The fleck. The fleck of the inferior one in the mud (cliché): bloated (surprising, but true), shambolic glory of the self (despite one’s mind’s best attempts at shamfastness), then (invariably) the back to the dead kind of thing (repetitive). That was the torturers typing, by the way. The old things they want written down (you would not believe). All it all expected to be a choice. The first single step out of the mind. The first one back in. Or the single last one. Any step. Misstep. Unstep. All on one, no excuse, no escape. Responsible, dependable, law-abiding one. The whole package. All on record, ensuring the appropriate sentence.

§

No work no nothing. At least ancient wisdoms seem to persist. The least pleasant of them. This mulling over real and rear, crud and creed, greed and grit, locks and bollocks never seems to come to an end. Not many at this point could convincingly dismiss this pursuit, even unchanged, were it more, shall we say, bullishly striven for. As often happens, sheer violence, unhinged as it may be from truth and content, helps get the message through.

§

The ontic being-stuck-as-hell preceded escorted followed by BAM! the shit the shit hard tough going down left right up bloody shit up there at the top top of the skull top of the mind high above in psychotic heavens the same the same same going on on on the ground on the floor (blood!) under skins and calves far below feet and toes down down deep in the moor in the field (lilacs galore!) the same things up with the doves or down by the bones the same things up and down and left and right happening not happening constantly frivolously persistently. Indeed here we are down there up there all around lost stretched and loved broken cherished and quartered. (Was it an inch too much, and if so when?)

§

No change expected at the top of the inside of the skull of that piece of poop muck waste of a loser torn in the impossibility of either feeling the fuck out of the fucking stupid thing or, the or again!, drubbing the Styx out of that same fucking thing (that doesn’t matter). Ergo something something videlicet something needed like a structure probably a blueprint a canvas possibly less an idea concept scheme construct right right right! I think I got it. Of course it could be a story. Or similar. Any manner of wrapping things up through which to reap recap (seen what I did there?) remap (too much) the most out of this decade of dispiration, toward some way or other of becoming something else, or the same, or something. Any at all (way and thing).

§

What now. Not again? One is afraid so. The black blurting in the head. One sees. Yeah. Obviously. Well yeah if you don’t try don’t blink don’t do shit if you don’t even move don’t think you can even not think about it. Touché. At least have the decency of farting. Once in a while. A gesture of goodwill. When presented with such pressing predicament, is it not all too easy to resist? To the point. Fuck off not that again. One is told it is advised that from this moment on one ought to set oneself to it it the shit this shit that is the same. It as in. The old thing. The story. To refrain from uttering and get on with it. Understood. And keep to it for as long as conceivable, that is, as long as is required to obtain full certainty that the requested standards have been met. The only lapse officially allowed as per the customary protocol is the ingestion at least once per age or more if needed of a ration of food for thought in a manner, quantity and frequency that is deemed fit both by them, one and it, respectively, not neglecting the nonexistent assent and agency of the narrative object at hand (so to speak). So that at last one may recede and bounce back, to it, to their indifferent delight and one’s unhelped despondency, with as much efficiency as is hoped will meet their expectations, in the steady incremements of the ingress into their version of the realization of it. Back and forth, in an ever so slightly spiral or pendular manœuvre. Reaching for. Before reeling again. Reaching out to this thing that is the same.

§

The hot-&-subtlety

§

Self-torture is the strange thing and yet the story of the strong of this world. The whole thing you can’t even start circumsepting (circummuring) was was was this was this a lack a lack of a lack of self-bashing? Or simply one’s daily gust of disgust? Who has this thing called ‘experience’ in these matters? Senior impossibility-to-imagine consultant. One can sense a certain weakening of the page. (Can one ever not sense it?) I can remember the day my brain discovered and recess and collapse and loneliness and inferiority not omitting oodles of lesser lesser opportunities out there (you do not remember that). Things have progressed since then. In fetid, indefinable ways. Look at me today. What does not end up not to getting done within my week? One of uncountable changes. Then of course the pain the pain in the form of high nothingness low void (uncut thankfully) the pandæmonic siege to the Lorn Head Almighty (this shit’s definitely uncut) the storm the wall the sameness the constitution etc. More on that, pretty please (no!). All right then (no!). The acid gashes the acrid pits the many towering principles of the desire disgust boredom for death for pain for joy might might all be drooled by the vapid books in the mind haha yes repeat repeat might might just haha no that’s it that’s all I’m done. I am not. I am. Stubborn rest. Callous nothing. Cancer fantasy. Strength pulsion. Lust for details. Or similar. And similar! All the while most likely the one (in my head) hoping fearing forgoing to reclaim something something more than this all this all those things that hold that keep the other (still in my head) strong and which the one must forget. Where when does this actually work? Haha. There must have been a time when the spirit of those attempts made off. Surprise. It didn’t come back. Nothing did. Nothing. Rough estimate. Add that to the story. Add them. Be ruthless. The real bore. The tunnel. And the opposite. The clog. The wall. And the rest! The rest of it all (ever constant). Hence the progress of pain.

§

The dream the despair the inferior initiatives in this room room in the shadow of the stringent part of the shabby white of the walls of what after all after all is not (regrettably perhaps) the spectre of neither Giudecca nor Ponte City. Such as. A furious livid doing (if only) toward the getting forgetting misbegetting (something is the same here) of other subtle bits missing still missing (fair riddance). How about writing it? Predictable. But maybe not as much of a problem as writing about the room the street the spectres the production of days. Fine. Chop chop then. However preferably, if discretionarily, with style.

§

Ah. Series. One’s dream of series. Pierre Soulages. Simon Hantaï. Francis Bacon. No. Not series. The dream is over. No. It is not over. It shan’t ever be. The dream must go on. Even dead it will creep on. Dream of the deep. Underdream. It will slither on.

§

The text. The grey void that wanted to be. It all controlled from afar straight from the mind of the past haha from the other side of time where does that leave us scil. regarding self-loathing or lack thereof? Shit. Shit. Fuck. Shit. This is the last time. Fuck. Shit. Fuck. Shit.

§

The cruxes grown some new some stranger

§

The world into some kind of curse. A bit like this really. Mirror for princes (specula principum), just without princes (sed sine principibus)(“Off with their heads!!”) No bed of roses. I don’t like it. At all. Yeah. At all. That’s it. Nothing more. Nothing works. Nothing but the domination the brute strength bollocks no. Shut up. Not that either. The world is simply the same construct the same torture no more no less all those moments about walls about action about the same problem activities phrases poetry of the same of others poetry poetry of course. Those fucking fuckers. Their fucking world rubbish. Haha. Could not be more painful. What is more, this pain is not even the beginning (not the end either, not much at all, really). Of explanations, retributions, excommunications. Of anything. (The body the past language humanity the whole the parts the algebra etc.) Lost causes, can you smell it too? Better focus perhaps on the old retrograde path of stress (girls) the fuck are you even talking about?! Damn it. Focus instead on forcing yourself to feel the place of desire the place of void (abstract, official: better). Which is where great things (a well-known fact). Besides, it is all too obvious that the ability to grasp the lingering stench of the past (important) to the best of its abilities will come to this other one who holds onto the wall clasps the bedstead fucks off pops back clings again to the said and the unsaid. The great human straight from the diaries of life. Even if it must be said that the unfortunate state of affairs bringing about its (the human’s) not ever budging (ever) has been nothing less than a line of hate. A red one. Such is the meandering way. Shit. Shit. Fuck. Fuck. Such is the fucking diary way. Fuck. Fuck. Fuck. Fuck.

§

Do not think I did not come to think that this is not somehow important. I guess it might just be the effect of quantity. So much of this. This is but a bare extract. Cross-sectional slices, if you will. I am not in favour of the whole repetiton thing in the end I’d far rather have the discipline the discovery. Some would even dare say the fun. Haha. More like the freedom the disrepair in the cortex, if you ask me. The annoyances. The annulments. The paradoxically true things. The same applies for the intensity. Malorian quest for high level thereof. Oh yes. Ensue Graallessness, misdamselled distress, and other wondrous adventures. This is self-explanatory. You will agree that I don’t have to prove that point. A pity it does not actually change overall sentiment. I hate it. This alleged only way. Not far (musing about this just now) from a complete system in fact, one possible meaning of ‘technique’, it all albeit at the same time the Morganian desire for the the opposite.

§

It might be that the ‘issue’, if that is even the word, regarding the mind, is not about it being too old, as hammered so far, but perhaps, just as timely a diagnosis, it instead being too fat. Genetics (what should be thought) or complacency (what is thought), it is hard to say. Following the actual, not ideal, train of thought I guess I could add that it had it good that it reaped what it sowed. Still speaking about the mind. Yet another thing I hate. Somehow all of this a wannabe sophisticated obfuscation scheme for what is just careless smugness. (Appealing theory yet hard to endorse.) By an inch of course it could have struck the right tone, caught the right aspect. That, however, would have required another kind of terms. Another sort of truce. We know that this is the remains of the war. The long, fairly meaningless aftermath. Ever more convinced of it as I stare at the whole thing. As it stares back. For bodies agreed it is unlikely but when it comes to it can it be possible that the stare makes it fatter? Or just as a worsening factor? Even if in this state of disbelief still I should start keep stop thinking about it.

§

Quantity: the tension is too big.

§

The fucking half-ugly thing

§

Now to the fingers. Are they not the ones who did not feel? The ones who started it? When the silence, the room, the war, the wall, were raging? Subjective creepers they are, who name this postmal point in time, climbing all the way up in the head to the great thing. That might be why I have it this way. Whichever way that is. Maybe that is what I should do. Maybe that could be something. A trail, a clue. The fingers as ‘models’, translate that into something. Together with the creeping on surfaces, ‘progressive’ (invasive, contagious) like in previous eras. I wonder. I wish I could say I am set to achieve some degree of insanity, just enough (“N’est pas fou qui veut.”) to be able to expect some some some writing when at all possible (left left of course to the whims and outreach of the changelings of the positive and its significant others) about the roamings here and there in heart and head between the world that would be and the old one in the low of the bum. There isn’t much mystery there, to be honest. Only one method: start from the start with the constraints of the art. There you go. With a bit of luck. Stick the fingers to the bottom of it. (Don’t say bottom.) To the heart of the arse (one couldn’t help oneself, could one?). Mind the circumstances, to an extent. That’s it. Even if it could be the case that it is all far away I want to make clear things clearer one more time: the door is not the way. No way out. The fingers have known it for a while anyway, only you seem to struggle a bit. Anyway. Change please. Coming right up. Yeah. Something better. Yeah.

§

This language. Nothing made all. Some say not a problem not at all others the worst thing now the worst thing ever others yet complain or praise but to the perfunctory what-can-you-do-s add the only way the only way so far known to us them it mayhap in absolute terms not the one the one the one and only but without a doubt the only way practicable. If only lack could be made force. This lack. This force. The old mud and gold affair. The possible things you don’t end up blurting. This all this all this shit. Any change in sight? No one knows. No one has anything to offer. Out of rumina like yours, gliding out on tongues like yours through teeth like yours out of snouts like yours words like yours are being disgorged. Mass-produced, industrial-strong, to an increasing (increasingly decentralised, increasingly automated) extent. No other words at all. Anywhere. In sight, that is. Our, their, its sight. For it would be irrational not to posit others. Somewhere. It knows where.

§

Assume there is a delusion around the margins of profit of contentment in and through lives amid plethorae of subspecies of girl swarms as well as philosophy. Assume that a priori. For survival purposes.

§

I am the most in desire for the same thing (‘it or the beautiful’) but I also try to be fodder for the dark as often as I can pleasing the brain of the end of the world (all too well) then on the contrary that’s it again I can’t I can’t this whole wallowing the fingers the fingers run amok and this this stuff this shit the same thing the same thing. Anything else? My transformation incurred impediments as the posteriorating (nice try) as the abyss (not great) of it all grew to systemic importance. Which of course did not solve the problem of pain the problem of the pit. Interruptions in the revitalization effort. Erasure upon erasure. One kept happy remembering the basis for goals the eyes the massive stupid pure idea of the world (whining all the while). Then sometimes something inside a click and a few steps out and a bit further as if something like a better life the tilted forms a bench a door a couple of zucchini a fresh eel blurred cheeks birch barks on her arms beauty and more that is the point.

§

So what is it I want to start, if anything at all? An art of the positive for instance. Away from drab portents and the voices of the world wailing longing longer in the storm of ‘additions’ and ‘corrections’.

§

The conclusion is the trivial thing (they insist, one disagrees).

§

So maybe something something goodness! something productive more than before for a while at least especially as it was always clear in all this always always clear in all in all this all this all this all clear in all this that this entire ‘you hate you’ business is as as as shallow swamp! as the streets of Tono. Archaichally: a non-fucking-thirl.

§

You think you are going live. You don’t see. You are not.

§

You think you can get born but then you stop it. You won’t even start anything anything else ever but the same romp from wall to room and back again as if in the storms of the tropics. Not even the start of the desire to be. Maybe next time there’ll be more. More urge. More love.

Si faible résiste résiste résiste par le passé tu l’as fait ouais pas beaucoup mais tu l’as fait ouais ça pourrait être quelque chose. Tu l’as fait. Voilà qui devait être mentionné. Et maintenant. Le même. Et pourtant tu dis toujours que c’est la seule voie. Toi le même. L’état le même. Tout ça. Le début de ceci la même chose, puis la tempête à la fin du jour. Tempête dans la montagne. Le sang, le fer, c’est tout simple. Tant de fois tant et tant de fois des métaphores dans ma vie — était-ce était-ce tout pour s’extirper du reste ? Ce constant reste. Ils disent que ce n’est qu’une affaire de voix. Une voix dans ma tête. Une voix là en bas. Sous le bout de mes doigts. Je veux dire, n’est-ce pas le truc ouais d’autre part non. Il n’y a pas d’autre part. Seulement celle-ci. La grosse part tout contre la surface. La bonne chose. (Quoi ?) Le mur. Tout la même chose. Toujours la même chose.

§

Le meilleur du vieux corps (qui est aussi l’échec, tout le temps)

§

Je le sens dans mon esprit dans ma bouche dans mes doigts le fort le gras le tordu toutes les choses qui pourraient être. Tout ceci. Qui était sur le point d’être. Mais alors qui quoi l’arrêta ? La pensée ? (Je déteste quand ça fait ça.) Pourquoi diable voudraient-ils arrêter la pensée ? Tellement injuste. Je peux te le dire maintenant. Je pensais à toi. Je pense. Oh, non, attends, je n’y pense pas, je n’y pense pas, désolé. Pas de pensée. C’est juste. À chaque fois j’oublie. Haha. C’est bon. Pour aujourd’hui. Ça va. Cette vie, mon vieux. Cette folle vie impensée.

§

Je suis comme ça. Le problème de l’esprit l’esprit déjà à nouveau vers la destruction destruction ouais l’affaire de mon temps, mon vieux, je sais, je sais que tu sais. Destruction. À la place de quelque chose comme une lutte une stagnation. Si démodé. Une transition très propre d’ailleurs. Le beurre après la choucroute. Contre nature, peu importe. Toujours préféré la raclette, par ailleurs, enfin. Les doigts les doigts s’empressant se précipitant rats ratelets se ruant sur les touches ils savent ils savent la différence la putain de différence la putain de saloperie de différence. Ils en savent un paquet. Non que ce soit la seule chose, mais quand même. C’en est une assez grosse. Déjà. Un bon début. Mieux que rien. À moins que bien sûr ce n’en soit pas une du tout. Une chose. Une jolie chose. Une grosse chose. À moins que ceci, tout ça, ne soit rien. À moins, en effet. Maudite dépression. Choucroute éternelle. Foutoir éternel. Ton, bien sûr. Ton foutoir en l’air. Tu le sais. Comme ta raclette. Ouais, ouais. Je sais que tu le sais.

§

Je suis les nouveaux venus. C’est un problème du positif et des morceaux du contraire. Pas exactement pluriel. Pas tout à fait dialectique. C’est l’expérience de tout ça. Je suis tous ceux-là. Et puis je suis celui pour qui ça compte — à la fange ! cette idée du superficiel cet avant toute chose ces formes du contrôle ‘malgré l’univers’ etc. Un brin de ça pendant un moment (si seulement !). La lutte les contorsions le rire. Le quasi rire. Puis BAM ! le mécanisme le mécanisme de tout ça encore même chose même chose. Encore. Conçue comme l’unique voie. Même chose langueur râle Chose avec un grand C. Si seulement le grand C. Le c de merde, plutôt. Merde. Putain. Merde. Merde. Assez. Putain. Merde. Haha. Putain. Merde. Putain. Putain. Assez maintenant ! Ça va.

§

Ainsi donc tel dévolu nous est-il jeté, comme il y a été fait allusion jusqu’ici, quant à la constitution de nos murs. Labeur briqueux. Il n’y a pas plus belle routine : un problème devient cet autre, dès qu’empilé. Dès que cimenté, le tout devient le reste. À peine posé que pouf ! austère qu’il devient, épineux petit truc, froid et impassible, indistinguable. Résolu ou non, peu importe, un qu’il est, finalement, avec le plan. Partie du tout, partie du mur. Tant de fatras dans cette bouche. Sous ces doigts. Et pourtant. Et pourtant, ça se poursuit. Bloc sur bloc, le lent maçonnage de tout ça. Davantage de même, dit-on, produit pareil, constitué pareil, reste à venir. C’est comme ça que c’est présagé se passer. Ou (il y a un ou), ou on défend l’antithèse, à savoir que la chose, le problème, dalle, vrai ou à chier, vrai et à chier, reste le même. Singulier et opiniâtre. Robuste même si minuscule. Arrimé là, pour sûr, mais toujours un. Inassimilé. Soit ça soit l’autre. Conclusion brumeuse. Ça nous embrume sa race l’esprit, ce genre de choses. Cet ou bien ou bien. Le meilleur des solvants. Mieux que le vin, mieux que les drogues. Sans aucun doute ratifié par Dionysos. Tout ce bazar si louche qu’on finit par vouloir recouvrer son esprit. À supposer qu’on en avait un à la base. Ou, du moins, quelque chose d’approchant. Son état d’esprit peut-être ?

§

Ah, oui, le vieux problème. Problème du mur et de l’esprit. Sans arrêt l’idée le rêve l’incube ! d’un état d’esprit état de l’esprit état dans l’esprit. Patrouillant tabassant écrasant le désordre des rues. Tous ces joyeux bruits de bottes. Légions de cet acabit là-dedans, là-dehors, martelant et piétinant, partout, à la fange ! l’idée de l’état — bien que peut-être peut-être un peu moins miantenant ouais ces dernières années moins sous moi haha sous ce règne cet empire ce mandat indéterminé de mon cru résiste résiste résiste il n’y a rien d’autre. Rien. L’esprit veille. La ferme. L’état écoute. Oui, oui, on sait. Maintenant tais-toi et résiste.

§

Maintenant ? Rien de plus. Ça aussi. Le vieux rien. Le rien qui arrive. Qui continue d’arriver. Développement malheureux. Ce n’était certainement pas au programme. Le nouveau, oui, le nouveau dans l’esprit, dans l’idée, dans le machin. Partout. C’était ça le programme. Ouais. Je veux dire. Quoi d’autre ? Le nouveau. Dans le coeur. Dans le dessein. Dans le cul. Oh oui. Là en bas dans la fosse. Ces choses sexy dans la fosse. Fonction publique, onction privée. Ma sex tape favorite. N’importe quoi. On ne peut pas s’en empêcher, il semble. Qu’on nous arrête quand on digresse. Foutre. Merde. Foutre. Et ça repart. Merde. Putain. Merde. Putain. Arrête ça. Merde. Foutre. Merde. Bon. Quel quantité de déchet. Est-ce qu’on peut en faire du ciment ? Du pétrole ? Haha. Ce serait providentiel. Encore un article dans la liste ‘à tester’. À quoi est-ce que j’étais en train de penser déjà ? Pas comme si je ne pouvais pas faire ça aussi. Penser. Je pensais mentionner ceci, en passant. Mais alors. Qu’est-ce que ça aurait été ? Qui sait. Pourquoi pas les murs constitutionnalo-superficiel de l’état ? D’esprit ? Haha. On est fou et on le sait.

§

Clair clair il pourrait y avoir un éclair un éclair de ci ou de ça d’espoir de mort de foutre un éclair de quoi que ce soit. En partie autodénigration en partie vide, en partie autre en partie même, oui, même même en même temps oui (pourquoi fais-tu cela ?) triste que maintenant (bien sûr on insiste que c’est l’enjeu) maintenant (tout fait exprès) triste qu’il faille que ça ait été une tête tête à soi sorte de tête sa propre tour entièrement (pas un problème pour les enthousiastes) comme dit triste que ça ait dû ainsi avoir été fourgué dans le monde (si aliène, si brutal) le monde le monde pauvre vieux monde crasseux son dos courbé par le poids du cul de cet esprit totalitaire balancé du fond de l’espace merde foutre écrasé par le poids du fessier de ce petit étron neuronal jeté droit du fondement du fondement du fondement de cette dimension-ci ou -là. (On ne dit pas fondement, c’est mal élevé.)

§

Effectivement c’est la chose, ouais, l’entière chose devant être méditée, toute cette affaire devant être cérébrée, jusqu’ici, comme y alludé, etc, n’est pas dans l’esprit ! C’est-à-dire, non pas seulement ! dans l’esprit. Malgré tous leurs gémissements. Non, pas juste dans l’esprit, pas juste, dis-le encore, dans l’esprit, dans le monde pas dans l’esprit et ça n’est ça n’est ouais ça n’est pas la même chose. Dans le monde. Là dehors. Pas la même chose. Dans le monde.

§

Toutefois. Quand tu n’es pas encore, t’apitoyant ferme sur ton propre non-devenir, ou peut-être quand tu es plus ou moins, mais pas complètement, parce que parce que (je ne sais pourquoi, insérer une raison triviale, insérer une raison profonde), alors oui alors ce n’est pas les choses le problème mais les mots (pour une fois), les mots le cœur le fruit le noyau l’ennemi. Le petit ennemi. (Oh ta gueule.)

§

La réalité, c’est que. De temps à autre il arrive que la même chose se trouve être à la fois ça et comment s’extirper de ça. Ouboral, mon cher Watson.

§

Ce sentiment de stagnation. Celui d’hier. Pré-armageddonique. J’y pensais. Pourrait peut-être intéresser la littérature. Malgré tout. Haha non. (Tu ne pensais pas.)

§

Le vrai problème du travail. Ou vice versa. Du vrai travail. N’importe lequel. Celui-là. Demeure. Et pourtant d’autre part non. Comme dit. Il n’y a pas d’autre part. Le problème du travail, toujours là (le problème), toujours absent (le travail), toujours si foireux (les deux), malgré la base branlante des grandes époques de vérité et la pression du sang sang sang l’obscur l’obscur l’auto-auto-autodestruction navigation du tout de soi-même jusqu’à l’oubli. Pas incorrectement dit. Un empêchement majeur. Qui aurait pensé ça, il n’y a même pas si longtemps ? Le contexte avait été évalué. Propice, favorable, voire optimal. Et pourtant non. Ça ne veut rien entendre. Ça demeure.

§

La tache. La tache de l’inférieur dans la boue (cliché) : gloire du soi bouffie (surprenant, mais vrai), bordélique (malgré les meilleures tentatives de vergogne de son esprit), alors (invariablement) le truc genre retour vers les morts (répétitif). C’était le bourreau qui écrivait, juste pour dire. Ces vieilles choses qu’ils veulent noir sur blanc (tu n’en croirais pas tes yeux). Tout absolument tout est considéré un choix. Le tout premier pas hors de l’esprit. Le premier pas de retour à l’intérieur. Ou le tout dernier. N’importe quel pas. Faux pas. Trépas. Tout notre faute, aucune excuse, pas d’issue. L’on responsable, fiable, honnête. Trois en un. Tout dans le dossier, garantissant la sentence appropriée.

§

Sans travail rien. Au moins d’anciennes sagesses semblent persister. Les moins plaisantes d’entre elles. Cette rumination autour de réel et postère, croyances et crasse, cran et cupidité, blocages et autres balivernes ne semble pas avoir de fin. Peu sont ceux qui à ce stade pourraient de manière convaincante écarter cette recherche, même inchangée, si tant est qu’elle fût l’objet d’un effort plus, disons, vigoureux. Comme souvent, la violence pure, toute dégondée qu’elle peut être de la vérité et du contenu, aide à faire passer le message.

§

L’ontique être-pour-le-putain-de-blocage précédé escorté suivi de BAM ! la merde la merde dure coriace l’emmerdement à droite à gauche en haut saloperie de merde là-haut au sommet sommet du crâne faîte de l’esprit loin là-haut dans les cieux psychotiques même jeu même jeu en cours à à à même le sol la terre (du sang !) sous peaux et mollets loin en dessous de pieds et orteils en bas en bas profondément dans la lande dans les champs (cargaison de lilas !) mêmes choses là-haut avec les colombes ou en bas auprès des os les mêmes choses en haut en bas à gauche à droite arrivant n’arrivant pas constamment futilement continuellement. En effet nous y voilà là en bas là en haut partout perdus tendus et amés brisés chéris et écartelés. (Était-ce un brin excessif, et si oui quand ?)

§

Aucun changement attendu au sommet de l’intérieur du crâne de ce petit bout de caca fumier déchet de loser déchiré par l’impossibilité soit de ressentir la chiennerie de cette putain de chose idiote ou, encore cet ou !, de marave jusque par delà le Styx cette même chose (qui au fond n’a pas d’importance). Ergo quelque chose quelque chose videlicet besoin de quelque chose comme une structure probablement une épure un canevas possiblement moins qu’une idée un concept un schéma une figure diantre ! je pense que j’ai compris. Bien sûr ça pourrait être une histoire. Ou similaire. N’importe quelle manière d’empaqueter tout ça de manière à récapituler capituler (t’as vu ce que j’ai fait là ?) huiler capter (là c’est trop) le meilleur de cette décennie de déspiration, vers telle manière ou telle autre de devenir autre, ou le même, ou quoi que ce soit. N’importe quoi (manière et chose).

§

Et maintenant. Ça encore ? On en a bien peur. Le noir grommellement dans la tête. On voit ça. Ouais. Évidemment. Eh bien ouais si tu ne tentes pas ne cligne pas de l’œil n’en fous pas une si tu ne fais pas même pas un mouvement ne va pas penser que tu peux même ne pas y penser. Touché. Aie au moins la décence de péter. De temps en temps. Un geste de bonne volonté. Lorsque se présente une telle impasse, n’est-il pas ô combien facile de résister ? Mais à nos moutons. Va chier pas ça encore. On nous informe qu’il est conseillé que dès à présent on devrait se mettre à ça ça à la merde la merde qui est la même. Ça, c’est-à-dire. Le vieux truc. L’histoire. Se retenir de proférer et poursuivre. Compris. Et s’y tenir aussi longtemps qu’il est concevable, à savoir, aussi longtemps qu’il est nécessaire pour obtenir l’entière certitude que les standards requis ont été atteints. Le seul écart officiellement admis conformément au protocole en vigueur est l’ingestion au moins une fois par âge ou plus si besoin d’une ration de matière à réflection d’une manière, quantité et fréquence jugées adéquates à la fois par eux, on et ça, respectivement, sans négliger l’assentiment et l’arbitre non-existants de l’objet narratif en présence (pour ainsi dire). Afin qu’enfin on puisse se retirer et se reprendre, s’y remettre, pour notre plus indifférent plaisir et notre abattement inempêché, avec autant d’efficacité qu’on espère est nécessaire pour répondre à leurs attentes, au fil des étapes régulieres de la pénétration plus avant dans leur version de réalisation de la chose. Allant-et-venant, dans une manœuvre un tant soit peu spiraliforme ou pendulaire. Chercher à. Avant de retomber. Chercher à atteindre cette chose qui est la même.

§

L’aigre-subtilité

§

La torture interne est bien étrange et pourtant l’histoire des forts de ce monde. L’entier de cette chose que tu ne peux même pas commencer à circuir (resurmurer) était était ceci était ceci un manque un manque de un manque d’auto-déni ? Ou simplement notre goût du dégoût quotidien ? Qui a ce truc appelé ‘expérience’ en la matière ? Senior consultant en impossibilité à imaginer. On peut sentir un certain affaiblissement de la page. (Qui ne le sent jamais ?) Je peux me souvenir du jour où mon cerveau découvrit recoins effondrements solitude et infériorité sans omettre les masses d’opportunités moindres moindres là-dehors (tu ne t’en souviens pas). Il y a eu du progrès depuis. De fétides, indéfinissables manières. Regarde-moi aujourd’hui. Qu’est-ce qui ne finit pas par être fait durant ma semaine ? Un des changements indénombrables. Ensuite bien sûr la douleur la douleur sous la forme de haut néant et bas vide (de la pure heureusement) le siège pandémonique de la Toute-puissante Tête Esseulée (cette saloperie est décidément de la pure) la tempête le mur la mêmeté la constitution etc. Davantage à ce propos, s’il vous plaît (non !). Fort bien, si c’est ainsi (non !). Les acides balafres les fosses âcres les nombreux principes imposants du désir du dégoût de l’ennui pour la mort pour la souffrance pour la joie pourraient pourraient bien tous être bavés par les livres insipides dans l’esprit haha oui répète répète pourraient simplement haha non c’est tout c’est tout j’a fini. Non, pas fini. Si. Reste obstiné. Rien cruel. Fantasme de cancer. Pulsion de force. Luxure du détail. Ou similaire. Et similaire ! Pendant ce temps fort probablement lui là (dans ma tête) espérant craignant renonçant à reprendre possession de quelque chose quelque chose de plus que tout ceci tout ceci ces choses qui tiennent qui maintiennent les forces de l’autre (toujours dans ma tête) que lui doit oublier. Où quand est-ce que ceci fonctionne ? Haha. Il y a dû avoir un temps où l’esprit de ces tentatives a pris la poudre d’escampette. Surprise. Il n’est jamais revenu. Rien n’est revenu. Rien. Estimation grossière. Ajoute ça à l’histoire. Ajoute-les. Sois sans pitié. Le vrai emmerdeur. Le tunnel. Et le contraire. L’entrave. Le mur. Et le reste ! Le reste de tout ça (toujours constant). D’où le progrès du tourment.

§

Le rêve le désespoir les initiatives inférieures dans cette chambre chambre dans l’ombre des parts rigoureuses du blanc miteux des murs de ce qui après tout après tout n’est pas (et c’est peut-être regrettable) le spectre ni de Giudecca ni de Ponte City. Comme par exemple. Un faire fou furieux (si seulement) en direction du pli de l’oubli du repli (quelque chose se répète ici) de quelques bouts subtiles manquants encore manquants (franc débarras). Et si ça s’écrivait ? Prévisible. Mais peut-être pas tant un problème qu’écrire à propos de la chambre la rue les spectres la production des jours. D’accord. Et que ça saute, du coup. Nonobstant de préférence, même si discrétionnairement, en grand style.

§

Ah. Les séries. On rêve des séries. Pierre Soulages. Simon Hantaï. Francis Bacon. Non. Pas les séries. Le rêve est fini. Non. Ce n’est pas fini. Jamais il ne le sera. Le rêve doit se poursuivre. Rêve des tréfonds. Unterrêve. Il rampera encore un peu.

§

Le texte. Gris vide qui voulait être. Tout ça contrôlé de loin directement depuis l’esprit du passé haha depuis l’autre côté du temps où donc cela nous laisse-t-il scil. relativement à l’exécration de soi ou manque d’icelle ? Merde. Merde. Foutre. Merde. C’est la dernière fois. Putain. Merde. Putain. Merde.

§

Les noeuds crûs qui neufs qui étrange

§

Le monde comme telle malédiction. Un peu comme ceci, vraiment. Miroir des princes (specula principum), seulement sans les princes (sed sine principibus)(‘‘Qu’on leur coupe la tête !!”) Pas une sinécure. Je n’aime pas ça. Pas du tout. Ouais. Du tout. C’est tout. Rien de plus. Rien ne marche. Rien que la domination la force brut conneries non. Ta gueule. Pas ça non plus. Le monde est simplement la même construction la même torture ni plus ni moins tous ces moments à propos des murs à propos de l’action à propos du même problème activité formules poésie du même des autres poésie poésie bien sûr. Ces putains de connards. Leur putain de pourriture de monde. Haha. Ça ne pourrait pas être plus douloureux. Qui plus est, la souffrance n’est même pas le début (ni la fin d’ailleurs, pas grand chose du tout, en fait). Des explications, rétributions, excommunications. De quoi que ce soit. (Le corps le passé langage humanité le tout les parties l’algèbre etc.) Causes perdues, pouvez-vous les sentir aussi ? Mieux vaut se concentrer peut-être sur le vieux chemin rétrograde du stress (filles) bordel de quoi tu parles ?! Damnation. Concentre-toi plutôt sur te forcer à sentir le lieu du désir le lieu du vide (abstrait, officiel : mieux). Qui est où les grandes choses (un fait bien connu). Par ailleurs, il n’est que trop évident que la capacité à saisir la puanteur persistante du passé (important) au meilleur de ses capacités viendra à cet autre qui s’arrime au mur agrippe le sommier fout le camp se repointe s’arrime à nouveau au dit et au non-dit. Le grand humain directement sorti des journaux intimes de la vie. Même s’il faut dit que l’état malheureux de la situation conduisant à sa (l’humain) complète absence de mouvement n’a été rien moins qu’une ligne de haine. Bien rouge. Ainsi va la sinueuse voie. Merde. Merde. Foutre. Foutre. Ainsi va la putain de voie intime. Foutre. Foutre. Foutre. Foutre.

§

Ne pense pas que je n’en suis pas venu à penser que ceci n’est pas important d’une manière ou d’une autre. J’imagine que ça pourrait juste être l’effet de la quantité. Un tel tas de ça. Ceci n’était qu’un pâle extrait. Tranches transversales, si tu veux. Je ne suis pas en faveur de toute cette affaire de répétition au final je préférerais tenir la discipline de la découvrte. Certaines oseraient même dire avoir du plaisir. Haha. Plutôt quelque chose du genre liberté du délabrement dans le cortex, si tu me demandes. Les agacements. Les abrogations. Les choses paradoxalement vraies. Même jeu appliqué à l’intensité. Quête malorienne pour un haut niveau d’icelle. Oh oui. S’ensuivent Sans Graal, détresses médamoiselées, et autres fantastiques aventures. Tout ceci se passe d’explication. Vous conviendrez que je n’ai pas à prouver ce point. Dommage que cela ne change pas le sentiment d’ensemble. Je la hait. Cette soi-disante unique voie. Pas loin (j’y médite juste à l’instant) d’un système complet en fait, un des sens possibles de ‘technique’, tout ça nonobstant au même instant le désir morganien pour le contraire.

§

Il se pourrait que le ‘problème’, si c’est même le mot adéquat, concernant l’esprit, ne concerne pas l’excès de son âge, comme rabâché parfois, mais peut-être, diagnostique tout aussi opportun, celui ce son poids. Génétique (ce qui devrait être pensé) ou complaisance (ce qui l’est), difficile à dire. Suivant un fil actuel, non idéal, de pensée j’imagine que je pourrais ajouter qu’il se l’est coulée si douce qu’il a récolté la tempête de son vent. Parlant toujours de l’esprit. Encore une autre chose que je hais. D’une certaine manière tout ça n’est qu’une stratégie sophistiquée d’obscurcissement wannabe pour ce qui n’est que suffisance désinvolte. (Théorie séduisante et pourtant difficile à soutenir.) À un cheveux bien sûr ça aurait pu être pile dans le mille, capturant l’aspect juste. Cela, toutefois, aurait requis un autre genre de conditions. Une autre sorte de trêve. Nous savons que tout ceci est le vestige de la guerre. Sillage long, assez dénué de sens. Toujours plus convaincu de ça plus je fixe la chose. Plus elle fixe en retour. Pour les corps on est d’accord c’est peu probable mais en ce qui le concerne se pourrait-il que le regard le fasse grossir ? Ou uniquement comme un facteur aggravant ? Même dans cet état d’incrédulité tout de même je devrais commencer continuer arrêter d’y penser.

§

Quantité : la tension est trop grande.

§

Putain de chose mi-laide

§

Aux doigts, maintenant. N’sont-ce pas eux qui n’ont pas senti ? Eux qui ont tout initié ? Quand le silence, la chambre, la guerre, faisaient rage ? Lianes subjectives, qu’il sont, qui nomment ce dismentable point du temps, grimpant tout là en haut dans la tête jusqu’à la grand chose. C’est sans doute pour ça que fais les choses ainsi. Quelqu’ainsi que ce soit. Peut-être c’est ce que je devrais faire. Peut-être ce serait quelque chose. Une piste, un indice. Les doigts comme ‘modèle’, traduire ça en quelque chose. Conjointement avec le reptation sur les surfaces, ‘progressifs’ (invasifs, contagieux) comme durant les époques précédentes. Je me demande. J’aimerais pouvoir dire que je me propose d’atteindre un certain degré de délire, juste assez (‘‘N’est pas fou qui veut.’’) pour pouvoir escompter quelque quelque quelqu’écrit quand c’est possible (livré livré bien sûr aux caprices et longs bras des changelins du positif et de ses êtres chers) sur les itinérances ici et là dans cœur et tête entre le monde qui serait et l’autre vieux dans le bas du fion. Pas grand de mystère de ce côté, pour être honnête. Une seule méthode : commence par le commencement avec les contraintes de l’art. Nous y voilà. Avec un peu de chance. Mets les doigts à la pâte du fondement. (On ne dit pas fondement.) Au coeur du cul (on n’a pas pu s’en empêcher, à ce que je vois, n’est-ce pas ?). Prendre garde aux circonstances, jusqu’à un point. C’est tout. Même s’il pouvait être le cas que c’est tout très loin là-bas je veux mettre les choses au clair au plus clair encore une fois : la porte n’est pas le chemin. Pas d’issue. Les doigts l’ont su depuis un moment de toute façon, il n’y a que toi qui te débats un peu avec ça. Enfin. Quelque chose d’autre s’il-vous-plaît. Ça arrive tout de suite. Ouais. Quelque chose de mieux. Ouais.

§

Ce langage. Rien rendu tout. D’aucuns disent que ce n’est pas un problème du tout d’autres la pire des choses en ce moment le pire du pire de tous les temps d’autres encore se plaignent ou encensent mais à l’intention des qu’est-ce-qu’on-peut-faire-s sans conviction ajoutent la seule voie la seule voie jusqu’ici connue de nous d’eux de ça possiblement en termes absolus pas la seule la seule la seule et unique mais sans aucun doute la seule voie praticable. Si seulement le manque pouvait être fait force. Ce manque. Cette force. Vieille affaire de la boue et de l’or. Les possibles que tu ne finis pas par déballer. Ceci tout ceci toute cette merde. Un quelconque changement en vue ? Personne ne sait. Personne n’a rien à proposer. De panses comme la tienne, glissant dehors sur des langues comme la tienne à travers des dents comme les tiennes hors de groins comme le tien des mots comme les tiens sont en train d’être rendus. Fabriqués en série, aux standards de l’industrie, dans une croissante (de plus en plus décentralisée, de plus en plus automatisée) mesure. Partout. C’est-à-dire, à portée de vue. La nôtre, la leur, la sienne. Car il serait irrationnel de ne pas le postuler pour d’autres. Quelque part. Ça sait où.

§

Pars du principe qu’il y a une hallucination autour des marges de profit du contentement dans et à travers les vies au milieu des pléthores de sous-espèces de nuées de filles ainsi qu’en philosophie. Présuppose cela a priori. À des fins de survie.

§

Je suis celui qui est le plus en désir de la même chose (‘ça ou le beau’) mais je tente également d’être de la chair à ténèbres aussi souvent que possible faisant plaisir (ô combien) au cerveau de la fin du monde puis au contraire c’en est fait à nouveau je n’en peux plus je n’en peux plus ce vautrement les doigts les doigts partis en vrille et ça ce barda cette merde même chose même chose. Quoi d’autre ? Ma transformation encouru des empêchement alors que la postérioration (bel essai) alors que l’abysse (pas génial) de tout ça atteignait des proportions systémiques. Ce qui naturellement ne résolut pas le problème de la souffrance le problème de la fosse. Interruptions dans l’effort de revitalisation. Abolition sur abolition. Onse gardait heureux se souvenant de la base des buts les yeux la massive stupide pure idée du monde (geignant à tour de bras). Et parfois quelque chose à l’intérieur un clic et quelques pas dehors et un peu plus loin comme si quelque chose comme une meilleure vie les formes inclinées un banc une porte quelques courgettes écorces de bouleau sur ses bras beauté et plus c’est tout l’enjeu.

§

Donc qu’est-ce je peux peux bien vouloir commencer, si commencement il y a ? Un art du positif par exemple. Loin des mornes augures et des voix du monde piaulant languissant plus longtemps dans la tempête des ‘additions’ et des ‘corrections’.

§

La conclusion c’est le trivial (ils insistent, on diffère).

§

Donc peut-être quelque chose quelque chose ciel ! quelque chose de productif plus qu’auparavant pour un temps du moins tout particulièrement parce qu’il a toujours été clair dans tout dans tout ça tout ça tout ça tout clair dans tout ça que toute cette affaire de ‘tu te hais’ est aussi superficiel fange ! que les rue de Tono. Archaïquement : un non-putain-de-fouement.

§

Tu penses que tu vas vivre. Détrompe-toi.

§

Tu penses que tu vas naître mais ensuite tu t’arrêtes. Tu ne vas pas même commencer quoi que soit si ce n’est la même gambade du mur à la chambre et retour comme si dans les yeux des tempêtes des tropiques. Même pas le début d’un désir d’être. Peut-être la prochaine fois il y en aura plus. Plus de pulsion. Plus d’amour.